Koschere Melange

Le blog du Musée juif autrichien - ISSN 2410-6380

Mots-clés: château mat

Journée européenne de la culture juive

Pour la quinzième fois la Journée européenne de la culture juive est célébrée cette année dans toute l'Europe. sont l'histoire ce jour-là, les traditions et les coutumes de la communauté juive européenne dans le passé et présenter un large ...

Pour la quinzième fois la Journée européenne de la culture juive est célébrée cette année dans toute l'Europe. Histoire, traditions et coutumes de la communauté juive européenne dans le passé et le présent seront communiquées à un large public ce jour-là. Dans près de 30 pays européens offrent des musées, des clubs et des expositions initiatives, conférences, concerts et visites guidées dans les lieux de la culture juive.

A l'initiative de la Société de recherche Burgenland, ce jour est célébré en 2014 dans le Burgenland pour la première fois, ainsi que les centres d'éducation des adultes Burgenland, notre Musée et le Musée régional du Burgenland et en coopération avec les initiatives commémoratives locales. coordonnera et soutiendra les activités de l'Association européenne pour la préservation et la promotion de la culture juive et du patrimoine AEPJ.

programme

Blank I: visite du quartier juif à Eisenstadt

avec les témoins Ernst Simon (Londres) et Johannes Reiss (Autrichienne. Juif. Musée Eisenstadt)

lorsque: Dimanche, 14 Septembre 2014 9 heures-à-9:45
où: Point de rencontre: Jérusalem Place, 7000 Eisenstadt

Matinée

Ouverture de la première Journée européenne de la culture juive dans le Burgenland par LH Hans Niessl et François Moyse, Präsident der Association européenne pour la préservation et la promotion de la culture juive et du patrimoine.

Puis: témoins racontent son enfance dans le Burgenland, l'expulsion des nazis et de la vie en exil. avec Ernst Simon (Eisenstadt - Londres) et Gerda Frey (Mattersburg - Vienne).

lorsque: Dimanche, 14 Septembre 2014 10:00
où: Musée juif autrichien

Logo 'Europäischer Tag der jüdischen Kultur'

Dans l'après-midi, vous avez la possibilité de participer à des visites guidées à Mattersburg, Frauenkirchen, Rechnitz et Kittsee:

Mattersburg, 15:00 | Leerstellen II: Rundgang durch das ehemalige jüdische Mattersburg mit Gertraud Tometich (Verein “wir erinnern”)

Frauenkirchen, 15:00 | Poste vacant III: visite des anciennes églises de femme juive avec Herbert Brettl (Initiative Souvenez-vous Frauenkirchen)

Rechnitz, 15:00 | Poste vacant IV: visite de l'ancien Rechnitz juif avec Eva Black Mayer (Club REFUGIUS)

Kittsee, 14:30 | Poste vacant V: visite de l'ancien Kittsee juif avec Irmgard Jurkovich (point de rencontre: Brew Leban, U. route principale 41, 2421 Kittsee)

Pour plus d'informations et les détails des événements dans la brochure: edjc-2014.pdf, Téléchargement, 2.16MB

Nous vous demandons de vous inscrire. S'il vous plaît utiliser le-ci Formulaire sur le site Web de la Société de recherche Burgenland.

Bien sûr nous sommes heureux de répondre à vos questions:

  • par E-Mail: info@ojm.at ou
  • téléphone: +43 (0) 2682 651 45


aucun commentaire à la Journée européenne de la culture juive

‘Als im Burgenland noch das Schofarhorn ertönte’

Kürzlich ist ein neues Buch zur jüdischen Regionalgeschichte erschienen, nämlich eine groß angelegte Monographie über das jüdische Mattersburg: “Als im Burgenland noch das Schofarhorn ertönte. Die Geschichte der jüdischen Gemeinde…

Kürzlich ist ein neues Buch zur jüdischen Regionalgeschichte erschienen, nämlich eine groß angelegte Monographie über das jüdische Mattersburg: “Als im Burgenland noch das Schofarhorn ertönte. Die Geschichte der jüdischen Gemeinde von Mattersburg und Umgebung”, verfasst von Gertraud Tometich, erschienen bei Edition Marlit.

Nous considérons que le travail d'histoire régionale et locale juive - pour un musée juif sans surprise - une société de financement significatif fondamentalement important et la valeur, à condition bien sûr que la qualité du contenu est vrai d'entre eux. Dit monographie Mattersburg nous fait dans ce contexte maintenant malheureusement un peu perplexes et perplexe dos ...

Wir ersparen uns hier ein Lamento über die nicht wenigen Mängel in Sachen Orthographie und Interpunktion, die sich – buchstäblich – vom Vorwort bis zur letzten Seite des Buches ziehen, über die dürftige technische Qualität mancher Bilder (v.a. S. 128), über die teils eigenartig archaische Ausdrucksweise (beispielsweise firmiert das Grab des Chatam Sofer in Bratislava unter dem Titel “Judendenkmäler”: S. 58) und Ähnliches mehr. Über all das mag man letztlich hinwegsehen können, so ärgerlich es mitunter für den Leser sein mag.

ne peut l'ignorer, mais le fait que certaines parties du livre - vous ne dites pas - dans les faits problématique, trompeuse ou tout simplement inexact dans le contenu sont.

Dans certains - en particulier évidentes - exemples:

In einer Zeitleiste, u.a. zu den rechtlichen Entwicklungen in Ungarn, ist davon die Rede, dass das Judentum 1895 “als Staatsreligion [!] anerkannt” worden sei (S. 14). Ernsthaft – das Judentum als “Religion d'Etat“? Was tatsächlich gemeint ist, ist offenbar der Umstand, dass die jüdische Religion 1895 den Status “volle[r] gesetzliche[r] Anerkennung” erlangte – sodass nun allererst “das Ziel der vollständigen Emanzipation als erreicht betrachtet werden [konnte]” (W. Bihl: Judaïsme Hongrie 1780-1914 Dans: ..... Studia Judaica Austriaca études Vol III pour la communauté juive hongroise Eisenstadt 1976, p 17-31, ici 22).

Zwei Fotos auf S. 122 zeigen Textilien mit hebräischer Aufschrift – beide stehen allerdings auf dem Kopf! (Zudem ist die Bildbeschriftung, “Thora-Decken”, zumindest ungewöhnlich und auch uneindeutig – in einem Fall handelt es sich jedenfalls um einen Tora-Vorhang).

Par ailleurs, la fête des Tabernacles est expliqué comme suit:

La fête rituelle des Tabernacles (soucca) [!] Est un festival d'action de grâces et est célébrée à l'automne. Il commémore les 40 jours [!] Restez des Juifs dans le désert ...

(S. 115)

Nun heißt das Fest aber nicht “Sukka”, sondern “Sukkot” (die Pluralform zu “Sukka”, “Hütte”); und das Volk Israel benötigte für seinen Wüstenzug bekanntlich nicht 40 Tage, sondern 40 Jahre (siehe z.B. Josua 5,6)!

Il y a des faits de base qui sont évidents tout simplement pas affiché correctement ici.

La liste se poursuit en douceur. En somme doit ici être autorisé à toute sympathie pour la préoccupation fondamentale d'un tel livre, la question de savoir si la cause est en fait encore servi face à de telles lacunes flagrantes. Ces préoccupations sont exacerbées lorsque l'on considère les chemins de réception qui sont typiques des livres avec ces questions et similaires: leur utilisation tellement par les enseignants et les étudiants, leur attrait pour des projets scolaires, Maturaarbeiten.

Les bonnes intentions de toutes les parties en l'honneur - malheureusement, il ne suffit pas seul ...

6 commentaires zu ‘Als im Burgenland noch das Schofarhorn ertönte’

Mattersburg libre des Juifs

Exakt heute vor 75 Jahren, am 8. Oktober 1938, meldete das “Kleine Blatt”, dass Mattersburg judenfrei ist. Damit hatte Tobias Portschy das erreicht, was er Anfang 1938, damals noch als…

Exakt heute vor 75 Jahren, am 8. Oktober 1938, meldete das “Kleine Blatt”, dass Mattersburg judenfrei ist. Damit hatte Tobias Portschy a réalisé ce qu'il a fait au début de 1938, à ce moment-là, a appelé à une Gauleiter illégale: la question juive, la question tsigane et la réforme agraire à résoudre avec conséquence nazie ...

Ausschnitt 'Kleines Blatt'


Mattersburg gratuitement des Juifs!

À la fin du mois dernier, les derniers Juifs ont quitté Mattersburg. L'endroit qui était tristement célèbre avec ses 530 juifs pendant des siècles, est donc totalement libre de Juifs! La plupart sont déjà expatriées depuis qu'ils ont quitté le Reich. En signe de la rédemption de la peste juive des dirigeants locaux et les maires avaient hissé un drapeau blanc avec la participation d'une foule enthousiaste à l'ancien temple juif. Le quartier juif lui-même doit être prévu, tôt ou tard, et au lieu des insectes misérables châteaux nouveaux bâtiments et les parcs se présenteront.

Vienne, samedi, la petite feuille, le 8 Octobre 1938, No.277

Den Volltext der Zeitungsausgabe finden Sie im Onlinearchiv “Anno” der Bibliothèque nationale d'Autriche.

Merci à Meir allemand pour la pointe!


17 commentaires à Mattersburg libre de Juifs

Pourim 5773

Le 14 Adar, cette année Dimanche 24 Février Pourim est célébré (difficiles voir aussi notre contribution Pourim de l'année dernière!). Nous souhaitons à tous les lecteurs de notre casher ... chiné

Le 14 Adar, cette année Dimanche 24 Février Pourim est célébrée (voir notre disque Purimbeitrag de l'an dernier!).

Nous souhaitons à tous nos lecteurs une bonne et heureuse chiné cacher Pourim!

Bonne Pourim!

Depuis peu de temps après Pourim, le mardi 26 Février à Mattersburg l'événement

Histoires de la Mattersdorf juive

a lieu, que nous aimons aussi par la présente inviter à être court déjà rapporté ici sur le blog Pourim dans les anciennes communautés juives Mattersdorf / Mattersburg et Eisenstadt aujourd'hui:

Zunächst “Zur jüdischen Volkskultur von Mattersdorf / Nagy Marton” von max Grunwald.

Max (Meir) Grunwald est né en 1871 en Haute-Silésie, a reçu son doctorat en 1892 pour le Dr phil. et était avec Margaret, fille du rabbin et Reichstag Floridsdorfer Dr. Joseph Samuel BlochMarié. 1938 Grunwald a fui et est mort en 1953 à Jérusalem, où une chaise porte son nom à l'Université hébraïque.
Seine rabbinische Laufbahn begann er in Hamburg, ließ sich aber 1903 in Wien nieder. Grunwald war wissenschaftlich besonders aktiv. Neben seinen philosophischen Arbeiten über Spinoza und seiner preisgekrönten Arbeit über “Samuel Oppenheimer und sein(en) Kreis” umfasst sein Gesamtoeuvre zur jüdischen Volkskultur ca. 750 Publikationen. 1925 verfasste er seine minutiösen Schilderungen vom nordburgenländischen Mattersburg (alle Ausdrücke in eckigen Klammern sind Anmerkungen des Verfassers dieses Textes):

La chanson des enfants pour Pourim:

a) prise de conscience est demain Pourim est fait,
Obtient mo e Kreizer ün de Mioch de enaus.

b) Pürim Pürim alle, kümm’ ioch erein zü falle,
Case ioch Table untern, gefün ioch e plumeau.

Lors de la lecture de la Méguila de Zedoko-Gabbe [Président du système de protection sociale] porte une chevalière en or sur sa main droite.

Sur Megilloh [Meguila, ici: le Esterrolle] -Robes est appliquée au panneau Megillohkraut, di cuit doux (avec des raisins secs, le sucre, etc.) Choucroute. La même chose est aussi Simhat ThoraEn outre appliqué à chaque mariage. Au déjeuner haricots cuits viennent. Accorde une attention particulière aux femmes de la préparation ci-joint Barches, welcher mit Rosetten und Krönchen geziert war. Schon lange vorher sahen die Dorfgeher darauf, sich bei den Bauern das feine Mehl für den Purimbarches zu erhandeln, und mit Genugtuung ließen sie sich vernehmen, dass sie für Purim bereits gesorgt hätten. Man nannte den Barches “das geele [gelbe] Barches” wegen seiner Zutaten, wie Eier, Safran, Zucker und Zibeben. “Marbe Kindloch” und “Makewniken” [Purimgebäck] gab es selbstverständlich in Hülle und Fülle. Die Reste der Kindloch wurden aufbewahrt, um als Dessert am Schabbos Hagodol pour servir, ou sur la Pâque Erev dernière Chomez à consommer.

Pourim Haman était [Haman] battu avec les pieds et les coups de marteau et gerätscht avec cliquet [voir aussi notre Beitrag “Hamanpuppe”].

Parce qu'ils ne tuent pas l'esprit, frères. FESTSCHRIFT pour le 90e anniversaire de Richard Berczeller, ed. Joachim Riedl, 62f

Esterrolle, Österreich-Ungarn 18. Jh.

De notre collection: Esterrolle / Meguila, Autriche-Hongrie, du 18ème siècle. Encre / couleur de l'eau sur un parchemin. Bgld. Landesmuseum EN 6593

À propos de Pourim dans l'ancienne communauté juive Eisenstadt écrit Meir Ayali:

An diesem Fest feierten wir die Niederlage des Haman, dem Urvater aller Antisemiten auf der Welt, und niemand konnte damals ahnen, welcher diabolische, um vieles gefährlichere Haman schon darauf wartete, das jüdische Volk zu vernichten und es von der Wurzel her auszurotten; und die Vernichtungswelle sollte ausgerechnet von hier, den “Siebengemeinden” im Burgenland, ihren Anfang nehmen. Fröhlich und freudig drängten wir uns am Purimfest mit den Masken auf unserem Gesicht und wir halfen auch unseren Eltern beim Verteilen der ›Purimgeschenke‹; dieser Brauch sollte die Freundschaft unter den Nachbarn vermehren, wie es uns im Buch Ester befohlen wurde. Mutter legte auf den Teller ein paar Früchte und ein paar Süßigkeiten, herrliche “Linzerkipferl”, gab alles in eine farbige Hülle und sagte:

Jetzt gehst du zu Berger. Sagst “Küss die Hand und guten Purim. Mama schickt Schlachmones” und genauso in andere Häuser, die selbstverständlich dieses wichtige Gebot ebenfalls einhielten.


4 commentaires zu Pourim 5773

Vacances en Burgenland

Eine historische Lese-Reise durch das jüdische Burgenland Im November/Dezember 1924 lud die Wochenzeitung “Jüdische Presse” (Wien/Bratislava) ihre LeserInnen zu einer Lese-Reise durch das jüdische Burgenland: “Urlaubstage im Burgenland” war die…

Un voyage de lecture historique à travers le Burgenland juif

Im November/Dezember 1924 lud die Wochenzeitung “Jüdische Presse” (Wien/Bratislava) ihre LeserInnen zu einer Lese-Reise durch das jüdische Burgenland: “Urlaubstage im Burgenland” war die 5-teilige Serie überschrieben; als Berichterstatter respektive Reiseführer fungierte Leopold Moses, 1888 à Mödling né journaliste et historien.

Moïse a choisi pour son voyage de vacances - entrecoupés dans les références de texte à des fêtes juives clairement que cette (contrairement à suggère la date de sortie) un étéVoyage doit avoir agi - une route nord-sud rude: Après une première étape dans Mattersburg / -dorf a ouvert la voie, par l'intermédiaire Sopron / Sopron, dans les communautés mittelburgenländischen Deutschkreutz, Lackenbach et Kobersdorf - Moïse est allé avec elle après les quatre soi-disant “Sieben-Gemeinden”, Ce groupe de communautés rurales juives qui ont eux-mêmes mis en place sous la protection du prince Esterházy sur le territoire du Burgenland d'aujourd'hui (en plus du déjà mentionné que inclus, les municipalités Eisenstadt, Kittsee et églises femme).

Synagoge Lackenbach, ca. 1920

Synagoge Lackenbach, ca. 1920

Mit durchschnittlicher Reiseliteratur haben Moses’ Burgenland-Reportagen allerdings wenig gemein: Moses’ primäres Interesse gilt nicht etwa den (ohnehin raren) touristischen Sehenswürdigkeiten oder den Vergnügen der Sommerfrischler, sondern – passend zur orthodox-jüdischen Leserschaft der “Jüdischen Presse” – dem religiösen Gemeindeleben, das er in seinen Alltäglichkeiten und Spezialitäten dokumentiert – “Urlaubstage” der etwas anderen Art also …

Besonders angetan zeigt sich der Berichterstatter dabei von der lebendigen Frömmigkeit in den burgenländischen Gemeinden: von der Begeisterung etwa, die die religiösen Vollzüge begleitet; oder den frommen Geschäftsleuten der Gemeinde Mattersdorf (und ähnlich in Deutschkreutz), die inmitten ihres Tagewerks “jede freie Viertelstunde [benützen], um ein Stückchen zu ‘lernen'” – ja, selbst

… spät am Abend noch empfängt mich bei der Heimkehr von einem Spaziergange durch die Felder das Geräusch von Stimmen, das von den im Wirtshause beim Weinglas ausruhenden Bauern herrührt, und gleich daneben im gleichmäßigen Tonfall des Talmudstudiums die wehmütig und doch auch so zuversichtlich zugleich klingende Stimme Jakobs [Jakob meint hier keine konkrete Person, sondern ist als Bild für das “Volk Israel” zu nehmen]…

Presse juive, 14/11/1924, 10. Jg., N ° 46, pp. 303ff.

So groß ist Moses’ Begeisterung für dieses jüdische Leben des Burgenlands, dass er zu reichlich schmeichelhaften Analogiebildungen – nämlich mit den Städten Palästinas – greift: Lackenbach

… möchte ich … das Rechoivoth unter den Schewa Kehilloth [hebräischer Name der oben angesprochenen burgenländischen “Sieben-Gemeinden”] nennen. Und dann wäre etwa, um im Bilde zu bleiben, Eisenstadt das Jerusalem, Mattersdorf das Zabueh, Zelem [hebräischer Name für Deutschkreutz] das Safed und Kobersdorf das Tiberias des Burgenlandes.

Presse juive, 28/11/1924, 10. Jg., N ° 48, P.315.

En particulier, bien sûr, Moïse est un effort continu à des descriptions réalistes de la vie Burgenland juive - ce qui équivaut à environ une même désintégration religieuse sont notés dans l'anecdote charmante suite de la passion pour le football dans la communauté juive Lackenbach:

Dernière Tisha b'Aw [Deuil dans la mémoire de la destruction du Temple, éviter au plaisir verschiedenster Art] Comme un match de football du footballeur juif et allemand uni peinture Bach contre les clients Ödenburger, on pensait ne pas être en mesure de passer de courtoisie sportif devrait avoir lieu, strictement religieux et très bien connu par ses écrits Rabbin R. Judah Kraus ne savait pas quoi faire d'autre, comme en laissant saisir le ballon dans les shammes [bedeau]. Bien sûr, le brave homme ne savait pas ... que les jeunes serait assez prudent de ne pas avoir une deuxième balle a eu lieu avec le jeu ... aussi

Presse juive, 28/11/1924, 10. Jg., N ° 48, à la page 316.

Moses’ Fazit ist dann aber doch ein positives, zumal wenn er – zum Abschluss der Serie – auf das Verhältnis der burgenländischen Juden zur nicht-jüdischen Bevölkerung zu sprechen kommt:

... Pendant des siècles, les Juifs de ces communautés ..., égale à la peine beaucoup plus tôt immigrants complètement honnête et courageuse population paysanne allemande, liée à la fortune de ce beau petit pays. Dans la population non juive du Burgenland là ... la compréhension de la nature de la partie juive de la population, puisque les Juifs portent cette particularité aussi beaucoup plus libre de montrer et de souligner fiers que partout ailleurs en Europe centrale. (...) Si au mois de Elul [Août / Septembre] dans la terre du château du shofar [corne de bélier, qui est, entre autres insufflé Elul] est entendu, alors les agriculteurs disent que les Juifs soufflent l'automne, quand toutes les processions pénitentielles veulent pas aider en période de sécheresse puis ils viennent aux Juifs et les exhorte à prier la pluie, et Mattersdorf est des deux services d'incendie existants là, le même juifs dans les non-juifs reconnus comme le meilleur.
Les Juifs du Burgenland ont également joué un certain rôle dans le judaïsme européen, et même maintenant ... ils sont égaux à nous plus que leur importance numérique.

Presse juive, 19/12/1924, 10. Jg., N ° 51/52, p 328F.

Leopold Moses - il a été mentionné à la fin - était en Archiviste ans plus tard de la communauté juive de Vienne; il était (lt. informations de l'Holocauste Memorial / -Forschungsstelle Yd Vashem) Déporté en Décembre 1943 à Vienne à Auschwitz et même y mettre à mort.

Moïse rapportes de voyage du Burgenland se trouvent dans le texte intégral en ligne mémoire compact (Les citations ci-dessus ont été prises au même endroit).

En complément de Melange d'aujourd'hui, nous vous recommandons - quoi d'autre: vacances en Burgenland, peut-être même sur les traces des communautés juives ... Sinon - pour ceux dont le temps est rare de taille - même une excursion d'une journée d'été est certainement recommandé ...;) Si vous faites - contrairement à Leopold Moses - devrait aussi sournoisement à Eisenstadt, nous le ferions, bien sûr, au sujet de votre Visitez le Musée juif heureux et heureux de vous inviter à engager notre exposition en plein air en cours “Ver(BE)gangen”Cela va à travers l'histoire et le présent de l'Eisenstadt juive.


3 commentaires pour des vacances en Burgenland

Conseil de la semaine - la route ce week-end

Richard est Berczeller les lecteurs de blog fidèles / -lesern plus inconnu. Il y a plus d'un an, notre auteur invité le Dr portätierte Günter Unger dans son article: Politique Survivant / personne à proximité doué. Eh bien ...

Richard est Berczeller les lecteurs de blog fidèles / -lesern plus inconnu. Il y a plus d'un an, notre auteur invité le Dr portätierte Günter Unger dans son article: Doué Survivant / Politique bystander.

Nun sind erstmals 10 Geschichten Berczellers aus dem New Yorker ins Deutsche übersetzt in Buchform erschienen. Präsentiert wird das Buch “Fahrt ins Blaue” am kommenden Freitag im Funksalon des ORF Funkhauses Eisenstadt (Détails su die).

In der ersten Geschichte des gleichnamigen Buches “Fahrt ins Blaue” erzählt Berczeller vom letzten Schrei der 1930er-Jahre, als die so gut wie bankrotten österreichischen Bundesbahnen auf die Idee kamen, den Personenverkehr mit Sonntagsausflügen anzukurbeln. Der Start dieser Reisen war jeweils am Wiener Westbahnhof, das Ziel war unbekannt und eine Überraschung für die Reisenden. Das Interesse war groß, das Geschäft boomte, Fahrkarten war schwer zu bekommen.

Les deux frères fringant du quartier juif Eisenstadt, Otto et Bruno avaient sauvé une demi-année pour leur voyage dans le bleu. Enfin, il était temps, avec de nouveaux costumes noirs et chemises de soie blanche, ils sont allés à Vienne pour faire le voyage dans l'inconnu. Un an et demi heures plus tard, ils ont entendu les sons d'une bande. Les stores ont été arrachées et ils ont l'air extérieur. Ils étaient à Eisenstadt!

Les deux étaient difficiles tombé en disgrâce, ils étaient la risée de toute la ville ... sa demande de consommer le voyage de retour à Vienne, ils renonçaient cours.

A la fin de l'histoire Berczeller dit qu'il a rencontré un an après la guerre dans la clinique externe de l'hôpital Beth Israel à New York un vieil homme de qui le reconnut et avec qui il a eu une conversation. Inévitablement, les deux sont venus avec les frères Bruno et fringant Otto parler - il savait quoi que ce soit à leur sujet?

Ja, das tat er. Er war mit ihnen in Montauban interniert gewesen und wusste auch, was aus ihnen geworden war. Eines Tages sah er, wie sie gemeinsam mit anderen in einen der Güterwaggone nach Auschwitz verfrachtet wurden. Als die SS-Truppen die Eisentüren zuschoben, um sie einzuschließen, hörte er Bruno zu Otto sagen: “Wieder so eine Fahrt ins Blaue.”

histoires Richard Berczellers sont fort anecdotiques et que l'on doit toujours avoir à l'esprit lors de la lecture. vous pouvez voir dans les temps des histoires de documents historiques, on pourrait inévitablement sacrifier un certain nombre d'erreurs, des souvenirs imprécis et parfois tout simplement faux faits (bien sûr il y avait le temps de Bruno et Otto ne synagogue médiévale dans le quartier juif de Eisenstadt ...). Ce qui peut-être peut-être pas sans ses problèmes, cependant, si le caractère anecdotique et l'atmosphère de l'histoire (presque complètement) perdu: Exemple Lackenbach page 136f:

Ich wusste noch genau, wo der Friedhof lag – an einem schmalen Pfad, der hinter der Synagoge in der Judengasse den Hang hinaufstieg. Von dem Ort in meiner Erinnerung war aber nichts mehr übrig. Die jüdischen Namen über den Geschäften in der Judengasse waren verschwunden; die geduckte düstere Synagoge war dem Erdboden gleichgemacht; und der schmale Pfad dahinter war zu einer Straße ausgebaut worden. Vom Friedhof war nichts zu sehen. Meine Frau und ich liefen die Gasse auf und ab, ohne ihn ausfindig zu machen, bis ich mich schließlich an einen alten Mann wandte, der in der Sonne saß, und ihn nach dem “Judenfriedhof” fragte. Er zeigte darauf. Auf dem kleinen Platz vor dem Friedhofseingang stand jetzt ein Haus, das ihn vollständig verdeckte. Der alte Mann führte uns durch einen Gemüsegarten und danach über einen Hof, in dem Hühner herumliefen und Maiskörner pickten. Endlich standen wir vor dem verrosteten Tor.
...

on pourrait dire beaucoup de tristesse et de honte et d'écrire sur la manipulation de la peinture Bach avec son passé juif. Le cimetière juif de Lackenbach mais est le plus grand cimetière juif dans la région du Burgenland d'aujourd'hui, avec plus de 1700 pierres tombales. Si vous conduisez la route derrière l'église, où une fois conduit le chemin étroit, vers le haut, le cimetière juif ne peut être négligée. A proprement parler, il a deux entrées, qui ne sont pas à négliger. Telle était la situation à l'été 1963, lorsque Richard Berczeller a visité le site.

Mais laissez-fils Richard Berczellers, Peter Berczeller, ont leur mot à dire, ce qui porte la littérature de son père dans l'épilogue du livre au point:

Richard Berczeller était avant tout un conteur d'histoires et d'anecdotes de; qui a dit dans la tradition des hommes et des femmes qui attendent dans la mémoire vivante à l'pénétrée par les marchés de fumée à leur public et a attiré quelques sous avec des histoires faites-up dans son sort, qu'ils parfois beimischten quelques faits ...

In der Geschichte “Sodom und Gomorrha” erzählt der Arzt Dr. Richard Berczeller von seiner anderen großen Leidenschaft, der Schauspielerei, mit der er schon versuchte, sein Studium zu finanzieren. Im April 1923 kam das Stummfilm-Epos “Sodom und Gomorrha” in die Kinos in Wien. Berczeller als Lot in einer Hauptrolle ist heute noch auf YouTube zu bewundern (s.o. Video)

Richard Berczeller présentation du livre
dans la radio Salon
Fahrt ins Blaue und andere Geschichten aus dem “New Yorker”
En collaboration avec le Literaturhaus Mattersburg


Le vendredi 11 mai 2012, ce 19:30
Lieu: ORF Broadcasting House Eisenstadt, Buchgraben 51, 7000 Eisenstadt

L'entrée est gratuite.


Au fils radio Salon Peter Berczeller de filer un fil et le désir dit. Un invité est autre que le vôtre vraiment encore le journaliste Wolfgang Weisgram. De textes Richard Berczellers lit Georg Kusztrich. La poésie des histoires explore Shepherd Karin avec leur théâtre de marionnettes.


Pour répondre (à l'attribution) est demandé:
Teleon 02682 700-27211
E-Mail: direktion.bgld@ORF.at


2 commentaires à bout de la semaine - la route ce week-end

conclusion:

sélecteurs génériques
Les correspondances exactes seulement
Recherche dans le titre
Rechercher un contenu
Rechercher dans les messages
Pages de recherche
rl_gallery
Filtrer par catégorie
Abbazia / Opatija
cheder
Ebenfurth
Fiume / Rijeka
Cimetière Eisenstadt (plus)
Cimetière Eisenstadt (jeune)
cimetière Kobersdorf
cimetière Mattersburg
cimetière Trieste
friedhof Währing
Génélogie
Krmchs
Arts et culture
La vie et la foi
Cadeaux / souvenirs
Podcasts
Salischtschyky / Zalichtchyky
événements
nach oben